Nous recherchons des élèves pour les deux ordres ainsi que des futurs élèves.

Partagez | .
 

 Clémence d'Émeraude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clémence

avatar


Plus d'infos

Age : 18

MessageSujet: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 15:07




Clémence des Elfes



Pseudo © Nom du dessinateur


    Nom : d'Émeraude
    Prénom : Clémence
    Age : 11 ans
    Royaume : Elfes
    Race : Demi-Elfe (Humain et Elfe)
    Rôle : Écuyers
    Pouvoirs :




Miroir magique au mur ...





... Qui a beauté parfaite et pure ?
Un regard scrutateur te donnerait quatorze ans,
Un regard las te donnerait douze ans,
Un clignement de paupière t'en donnerait dix à peine...
Et toi tu hausses négligemment les épaules.


Mais moi qui te connais, moi qui t'ai vu grandir, je peux jurer par tous les dieux que tu as bien l'âge que tu prétend avoir. Oh oui tu es jeune, très jeune pour ta demi race, ton demi sang. Elfe et Humaine, les deux à la fois, mais seulement en partie, mi l'un mi l'autre.
Oui petite Clémence, tu le sais, tu es moitié. Le crépuscule et l'aube, magie du jour et de la nuit, tu es crainte ou aimée selon les goûts de chacun, tu es belle et triste, mélancolique et source d'espoir, tu es ange et démon, tigre et dragon, tu es ce que tu veux être... mais jamais tu ne seras un Tout, toujours Moitié, tel est ta destinée, celle contre qui ton regard de velours n'a aucune emprise.
Mais même une moitié de quelque chose est quelque chose en somme, alors qu'es-tu ?

Un regard guerrier te dirait apte à manier une lame
Un regard maternel voudrait t'engraisser pour te faire prendre un peu d'épaisseur
Un regard assassin penserait que tu n'es pas une proie intéressante
Un regard paternel te trouverai touchante
Un regard vicieux songerait à garder un œil sur toi le temps que tu deviennes femme
Mais à peine a-t-il fermé les yeux, tu n'es déjà plus là...

Tu es chétive, tu l'as toujours été, ta frêle silhouette se dresse comme une flamme vacillante qu'une simple brise pourrait éteindre. Et pourtant malgré ta maigreur tu n'es pas dénuée de charme. Tes jambes fines et longues pour ta taille soutiennent une paire de hanche souples qui ondulent gracieusement à chacun de tes pas, t'offrant une démarche féline qui contraste avec ton tempérament introverti. Ta peau douce et blanche et colle à tes os, laissant clairement apparaître tes côtes et selon l'éclairage, il est possible d'observer d'inquiétantes tâches sombres dispersées ça et là sur ton corps si mince... Leur origine ? Nous le savons toutes les deux n'est-ce pas ? Et nous devrons rester les seules à savoir... Mais passons, Tu es souvent vêtue d'une tunique sombre ornée de ruban surmontée d'une cape du même gris que tes yeux dont le capuchon est toujours rabattu sur ta chevelure, dissimulant au passage ton visage d'ange. Tes épaules légèrement tombantes te donnant une allure craintive, encadre la base d'un cou blême autour duquel est accroché une chaine en argent ainsi qu'un petit pendentif...

Un regard amateur ne le verrait même pas
Un regard expert jurerait avoir reconnu une étoile,
Un regard rêveur garderait le silence
Tandis qu'autour de ton cou se fait entendre une petite note cristalline...


Tu as des pommettes rondes et rosées, un nez droit et légèrement retroussé perché au dessus de deux pétales de rose immobiles, des yeux couleur perle ornés d'une paire d'aile d'un noir de jais qui battent l'air avec souplesse. Tes sourcils arqués et fins soutiennent un petit front invisible sous l'épaisseur de ta frange qu'il t'arrive de laisser pousser jusqu'à tes yeux mystérieux comme pour te dissimuler au regard d'autrui. Ta chevelure sombre coupée courte possède le parfum fruité que dégage les huiles dont tu la nourris régulièrement, petite Clémence je crois pouvoir dire sans me tromper que tu es coquette. Mais peut-être est-ce dû à une habitude prise durant ton enfance avec les saltimbanques... Le Corbeau aux larmes amères devait être beau et sentir bon pour sa représentation.

Un regard outré se pose alors sur ta chevelure
Un deuxième a cru y voir paraître un bout de chair en pointe
Un troisième assure que le deuxième devrait aller dormir un peu
Imperturbable quant à toi, tu continues ton combat sans te soucier des autres.


Petite Clémence petite demi-elfe, non, laisse moi t'appeler par ton véritable prénom qu'avait choisi ta mère pour toi... mais je le susurre et non le clame, il restera notre secret... Tes oreilles trahissent ta véritable nature, ou plutôt elles égarent ceux qui les voient car de nature à leurs yeux tu n'as plus. D'humaine à la moyenne de leur estime, te voilà tombée bien bas dans leur dédain par ton demi-sang, ton sang maudit... Petite fille tes parents t'ont clairement fait comprendre que ta vie serait un enfer à jamais, Koro l'a affirmé aussi, ton spectacle lui-même n'est que représentation de ta misérable vie de demi-être! Le Corbeau aux larmes amères, oui, c'est bien ce que tu es! L'oiseau sombre au milieu des colombes blanches, la larme au milieu des rires, celle a qui l'on jette des pierres dans la rue et qu'on couvre de fleurs sur la scène, tu es un diamant et un charbon, la lune et son éclipse, la fleur et la cendre... Pour faire ressortir ton apparence hors du commun, Koro a pris soin d'embellir tes oreilles effilées de petits anneaux d'or et de plumes noirs qui t'ont infligés autant de souffrance en perçant ta chair qu'en y scintillant désormais...




Cœur d'artichaut ...





... Ou cœur de pierre ?
Rêveuse & Gracieuse.
Souvent dans les étoiles à des kilomètres de son enveloppe charnelle, il est très difficile d'attirer son attention sur quelque chose plus de quelques minutes. Elle dira à qui veut l'entendre qu'elle aurait voulu être un oiseau, et que par conséquent sa vie lui convient tout à fait. Mais est-il possible de s'adapter à une existence si rude et ressentir une réelle joie à ouvrir les yeux à l'aube, à respirer en compagnie de ces propres bourreaux qui pourraient infliger la peine capitale à chaque instant si l'envie leur en prenait sans subir le mépris de qui que ce soit ? Il suffit de voir le Corbeau aux larmes amères sur scène pour se convaincre qu'une telle chose est bel et bien possible. Dans son costume aux ailes noires du volatile qu'elle incarne, la jeune fille n'est soudain plus la même. Petite et craintive sur le sol, la voici qui s'envole dans un ballet aérien d'une beauté divine, emplie de grâce et d'assurance dans le moindre de ses mouvements. C'est sur scène et nulle part ailleurs que les chaînes tombent, que la cage en fer grossier s'ouvre pour laisser s'échapper l'oiseau sombre qui étend ses ailes avec délice pour gouter pleinement sa revanche, jouer avec le vent au dessus de tous ces regards qui ne la lâchent pas une seule seconde, captivés par la beauté d'une liberté éphémère et scintillante qui s'achèvera à l'endroit même où elle a débuté... dans une cage.

Claustrophobe & Craintive.
Depuis sa plus tendre enfance, Clémence a vécu dans un endroit restreint et sombre, petit placard guère plus grand qu'un coffre de magicien dans lequel elle ne pouvait se tenir debout sans se heurter au plafond et où elle dormait recroquevillée sur elle-même sur le sol inconfortable qui ankylosait ses membres et lui infligeait sans état d'âme souffrance et insomnie. Bête de foire aux yeux de tous, même de son père adoptif, elle passait ses journées enfermée à double tour dans sa prison et n'avait l'autorisation de sortir qu'en fin d'après midi pour aller prendre un bain et se faire pomponner par les maquilleurs et habilleurs avant d'être jeter sur scène le temps de son numéro. Après celui-ci, elle était nourrie et disposait d'une heure pour se dégourdir les jambes, humiliée par un collier lourd autour de son cou auquel était rattachée une laisse... Au fil des années, une angoisse incontrôlable naquit en elle, la peur du noir tout d'abord, puis celle des endroits clos, elle refusait d'entrer dans sa boîte, grondait quand on faisait mine de lui passer le collier en cuir autour du cou, se débattait quand on voulait l'y obliger. Mais son refus ne pouvait être toléré, elle rapportait trop d'argent pour être supprimée mais n'étant pas considérée comme un être doté d'une conscience, elle fut violemment battue à chacune de ses révoltes. Alors les larmes succédaient à la colère et elle pleurait longuement dans son placard, suffoquait, vomissait une bile amère mais personne ne venait lui ouvrir. Elle dépérissait peu à peu... Et aujourd'hui encore elle ne peut supporter l'étroitesse de certains lui, ni d'être touchée par qui que ce soit.

Observatrice & Silencieuse.
Clémence a toujours privilégier le silence aux paroles inutiles, et pour cause, personne ne l'écoutait jamais, elle n'était pas autorisée à parler et se faisait gifler à chaque tentative de passer outre la règle. Oppressée plus que quiconque, elle se murait alors dans un silence si craintif qu'il en était presque maladif. C'est alors qu'elle vit le monde différemment. Se privant d'un de ses sens, elle sentait son ouïe s'aiguiser, ses yeux déjà perçants devenir plus scrutateurs encore. Petit à petit elle s'inventa un jeu, le jeu de la reconstitution, un jeu de mémoire. Elle devait retenir le plus de détail possible, tout d'abord sur une fleur, puis sur un individu, puis dans une salle entière bondée de monde durant un laps de temps bien précis: le temps de sa représentation. Puis elle quittait la scène et fermait les yeux. Elle se posait alors des questions et en donnait les réponses avec une précision de plus en plus importante, fascinée par le nombre de petites choses qu'elle voyait et parvenait à retenir tandis que personne ne semblait ne serait-ce que soupçonner leur présence. C'est au cours de ce petit jeu devenu une sorte de rituel que Clémence apprit à sourire. Un petit sourire pâle et hésitant mais qui suffisait à embellir ses traits et redonner un peu de chaleur à ses yeux glacés.

Solitaire & Déterminée.
Du fait de son mutisme, Clémence n'a jamais tissé de lien avec qui que ce soit, mais quant bien même aurait-elle essayé, elle se serait heurtée à l'animosité féroce que tous nourrissait à l'égard de son sang bâtard. Elle apprit très tôt à éviter toute forme de vie intelligente qui aurait pu pousser des cris outrés à sa simple vue et tenter de la lapider sans même tenter d'engager le dialogue avec elle. De ce fait la jeune fille n'a confiance en personne et ne regrette aucunement son absence de vie sociale. Elle est haïe dans les rues et aimée sur scène, il en a toujours était aussi... Bien sûr il n'est pas rare que des envies de vengeance passent dans le cœur de la demi-elfe, et de ce fait elle a décidé de secrètement apprendre à se défendre, tirant profit de son sens de l'observation sur-développer et de sa capacité de compréhension et d'assimilation tout aussi redoutables, sans compter sur son esprit perfectionniste. C'est grâce à Lenko le lanceur de couteau que Clémence a la certitude de pouvoir se défendre avec une lame entre les mains si l'occasion se présenter. Tel un arc tendu n'ayant jamais servi, la jeune fille criant sa douleur et sa frustration n'attend qu'une flèche dans son encoche pour se relâcher et laisser échapper un trait mortel.




Il était une fois...





... Tout commence comme ça
- La voilà, c'est elle papa, c'est elle!

Un petit doigt tendu et un regard amusé qui le suit, voilà qu'apparait sur scène un être pour le moins surprenant. De sa démarche lente et souple, l'hybride gravit les marches, s'avançant dans la fumée blanche que dégageait les encens de part et d'autre de la scène. La tête baissée et la pointe de ses longues ailes de plumes noires comme la nuit glissant sur le sol, le Corbeau aux larmes amères fit discrètement claquer ses talons hauts sur les planches en bois et éleva lentement les bras, déployant ses longues ailes en relevant sa tête recouverte d'un masque de plume comme pour embrasser le ciel, tandis que le son de l'ocarina raisonnait dans la taverne silencieuse. Tous les regards étaient accrochés à l'apparition merveilleuse, guettant le moindre de ses gestes, le cœur battant.

Soudain, l'oiseau de malheur se mit à tournoyer sur lui-même, avec grâce et lenteur tout d'abord, mettant en évidence la complexité de son costume dont les plumes mêlées de petits grelots d'argent bruissaient en rythme avec la mélodie envoutante de l'ocarina. Les ailes de l'oiseau s'écartèrent et dans la continuité du geste, les talons hauts claquèrent au sol, annonçant l'entrée en scène du tambourin qui donna un nouveau visage à la mélodie mélancolique, la rendant plus vivace. Ce fut semblable au trois coups du théâtre pour la danseuse, sa véritable histoire pouvait commencer. Acte par acte, scène par scène, l'oiseau prit son essor pour partager sa découverte du ciel avec une salle bondée de monde dont le cœur battait en rythme avec le tambourin et dont les esprits étaient hypnotisés autant par la danse du corbeau que par l'ambiance irréelle qu'apportait l'ocarina à la scène.

Le feu follet sombre vrilla sur lui-même, ses pieds quittèrent le sol l'espace d'un instant et les souffles se coupèrent en voyant qu'il ne pouvait se réceptionner sur ses talons hauts. Les yeux gris visibles à travers le masque de plumes scintillèrent d'une lueur farouche tandis que les longues jambes de l'être merveilleux se laissèrent glisser sur le sol rugueux en grand écart tandis que l'aile gauche venait tout juste effleurer le sol pour amortir le choc tandis que l'aile droite ondulait vers le ciel, le tout dans une continuité si parfaite que cette chute masquée raviva l'harmonie de la chorégraphie. Ne laissant aucun temps mort, le corbeau à terre replia ses genoux dans un même sens tout en tournant son buste et, dans un mouvement d'une souplesse et d'une agilité digne d'un véritable enfant du ciel, il se redressa en tournoyant sur lui même, sans cesser de faire chanter les grelots de son costume et bruisser ses plumes sombres. Une fois sur ses pattes, il s'empara de son masque de plumes du bout de son aile droite pour se l'arracher et le lancer au ciel. La musique s'arrêta. Les regards se figèrent et ceux qui n'avait pas reprit leur souffle entre temps étaient à deux doigts de l'asphyxie, complètement paralysé par ce qu'ils voyaient. Le visage découvert de l'enfant était d'une pâleur cadavérique et dans son regard fixant le plafond, il était possible de lire une douleur immense qui faisait ruisseler de grosses larmes sur ses joues. Le maquillage noir qui soulignait son regard perle coulaient avec les trainées amères,accentuant le réalisme de la scène. Puis le masque retomba à côté du corbeau démasqué et celui-ci se laissa tomber à genoux tandis que de violent sanglots agitaient son corps. Le message était clair: jamais le corbeau ne volerait dans le ciel d'azur. Le corbeau cloué au sol par quelques obscurs sortilèges... Le Corbeau aux Larmes Amères...

Les lampes à huile de la salle furent rallumer et après un lourd silence, un tonnerre d'applaudissement retentit, faisant vibrer les murs et trembler le sol. Clémence qui n'avait pas bougée entendit une multitude de pièces de moindre valeur tomber autour d'elle. Elle ne réagit pas, attendant le signal pour faire taire les applaudissements comme chaque soir en se levant et en s'inclinant devant son public, faisant chanter ses grelots une dernières fois avant de partir. Le sifflement discret retentit enfin, mais avant qu'elle n'ait esquissé le moindre geste, une petite bourse bombée tomba sur ses genoux, lui faisant écarquiller les yeux de surprise. Pour une raison qu'elle ne s'expliqua pas, elle s'en empara et la glissa d'un geste fluide dans son col avant de se relever, de faire taire les applaudissements, de verser encore quelques larmes pour la forme avant de se détourner et de faire claquer ses talons haut jusqu'à l'escalier derrière la scène avec un déhanché enjôleur qui en fascina plus d'un. Elle se permit même d'envoyer un baiser à un groupe de jeunes puceaux qui faillirent tourner de l'œil. Puis elle tourna le dos et disparut. Dans tout les sens du terme.

Partie entre les parties: Secret révélé dans un aveu silencieux


- Je crois qu'elle s'est endormie.
- C'est une bonne chose.

- Qui est-elle ? D'où vient-elle ?
- Personne ne le sait.

- Allons ma chère, pas de cela avec moi, racontez donc!
- Bien... mais que ceci reste entre nous.

- Allons Aube, qui irait écouter les murmures du Vent ?

~~ ¤ ~~

Sang-mêlée, bâtarde, indésirable...
Sa mère elfe L'avait abandonnée quelques jours à peine après Sa naissance, La laissant dans un panier en osier qu'elle avait elle-même tressé, rembourré de plumes de corbeaux et d'une étoffe coûteuse de couleur rouge. Elle L'avait faite belle pour accueillir son destin, puis elle L'avait laissée sur la route à côté d'un bois, espérant sans doute qu'Elle se ferait piétiner rapidement par les sabots d'une monture, n'ayant pas le cœur d'abréger la vie de Son enfant elle-même. Puis elle avait disparu dans les bois pour retrouver son village paisible de Candidä'Aavis pour oublier son passé...

Oui, c'est ainsi que la petite demi-elfe fit son entrée dans la vie. Remarquable n'est-ce pas ? Mais eux qui haïssent les impuretés, eux qui condamnent les innocents, ont-ils ne serait-ce que songer à se mettre à sa place avant d'approuver gravement les agissements d'une mère qui, bien qu'au comble de sa souffrance de condamner la chair de sa chair, préférait tirer un trait sur une relation impur en en supprimant le fruit plutôt que d'assumer ses actes et aimer comme toute mère aime? Non évidemment. Ils auraient voulu que l'enfant bâtard meurt, comme tant d'autres, mais ne leur déplaise, la Tisseuse en avait décidé autrement.

Une caravane de saltimbanques passa par là quelques heures plus tard et ce ne fut pas un sabot qui heurta le nourrisson mais une truffe humide ainsi qu'une grosse langue baveuse. C'était Grimbow, le loup domestiqué qui l'avait découverte, et alerté par ses aboiements, son maître nommé Koro avait arrêté les chevaux et récupéré le panier, fixant avec convoitise la soie rouge qui rapporterait un bon prix sur le marché le lendemain. Quant à l'enfant, il hésita un moment à le laisser sur la route, puis son regard s'attacha à ses oreilles en pointes trop courtes pour appartenir à un elfe... Puis ses yeux se perdirent dans les pupilles grises et calmes de la petite fille. Par ce simple échange, l'artiste vit soudain l'avenir sous un jour nouveau. Une demi-elfe, cela ferait un bon numéro, et si jamais l'enfant ne savait rien faire, il pourrait toujours l'enfermer dans une cage pour le défilé à l'entrée des villes, quoi qu'il en fasse il pourrait en tirer un bon prix!

Acquiesçant par devers lui-même, il fouilla dans les plumes noirs et découvrit un petit bout de papier où était écrit un nom. Ayant apprit à lire grâce au conteur -un vieux noble qui avait tout perdu voici de cela bien longtemps- qui faisait parti de la troupe, Koro put déchiffrer les syllabes. Il s'agissait d'un prénom, un beau prénom qui lui fit chaud au cœur sans qu'il sache pourquoi. Un prénom emprunt de magie, la magie de l'amour maternelle sans doute, il devait s'agir du nom de l'enfant... Mais ce prénom ne collait pas avec les projets qu'il avait pour la petite, il lui fallait quelque chose de court, quelque chose de simple et de facile à mémoriser. Clémence. Échec … C'était parfait! Cela rappelait sa demi race et accentuait le tragique de sa situation! Il y aurait de l'émotion sur scène, des larmes, une haine mêlée de compassion, oui ça allait être du grand art, avec une telle appellation la carrière de sa petite bâtarde était garanti!

Clémence des Elfes. Il lui donna son nom, à présent la demi-elfe était Sa chose à lui et ensemble
ils feraient de lui un homme riche...

~~ ¤ ~~


Deuxième Partie: L'oiseau jeté dans le vide


Noir. Où que son regard se posa, la jeune fille âgée de dix ans ne voyait que cette obscurité accablante qui pesait sur ses frêles épaules tel un manteau de plomb, l'asphyxiant peu à peu autant par son poids que sa nature sournoise qui pénétrait sa chair et glaçait son sang. Un soupir douloureux s'échappa de ses lèvres craquelées. Depuis quand n'avait-elle pas vu le jour ? L'avait-elle seulement déjà vu ? Seul le crépuscule et la nuit lui étaient accessibles, pour elle le soleil était une flamme rouge orangée, une lueur fatiguée qui déclinait à l'horizon pour laisser place aux étoiles semblables à des diamants sur leur présentoir de velours noir. Noir. Toujours ce noir qui la poursuivait où qu'elle aille, qui lui collait à la peau et s'engouffrait dans sa gorge pour l'étouffer quand elle faisait mine de crier sa souffrance. Elle était une proie, une proie d'autant plus pathétique que son prédateur la berçait en son sein, faisant planer l'angoisse et jaillir les cauchemars, se régalant de la douleur qu'il lui infligeait, jugeant sans doute que ce jeu était bien plus divertissant que la mort. Bonne actrice suivant son rôle à la lettre, Clémence subissait ce courroux en silence, payant le prix d'une erreur qui n'était pas la sienne.

La petite étouffa un bâillement, tâchant de lutter contre le sommeil ce traitre qui ne lui offrirait point de répit. Elle savait pertinemment que Morphée ne venait pas la prendre pour l'entraîner dans une course folle toute de lumière et de joie, mais bien dans un abysse sans fond plus sombre que tout ce que ses yeux avaient dû supporter. Elle ne connaissait pas la lumière éclatante, n'avait que vaguement entendu parlé de la brise matinale et jamais n'avait surpris un levé de soleil. Elle était l'innocence préservée par la force, ses petits yeux curieux de tout en avait vu si peu que cette soif de découverte solidement ancré dans les gènes de chaque enfant en était devenue cuisante et la brûlait intérieurement, consumant force et volonté, la réduisant à l'état de l'image qu'on avait d'elle: une simple bête de foire.

Elle se souvenait très bien du jour où Koro lui avait fait faire un costume à sa taille avec les plumes de corbeau qui, disait-il, étaient apparues sur son chemin avec elle. Longtemps Clémence avait médité ses paroles et avait laissé libre court à son imagination si peu requise, finissant par conclure qu'autrefois elle avait bel et bien été corbeau et que toutes ces plumes appartenaient à ses anciennes ailes disparues... Elle avait été punie pour une faute oubliée, on lui avait retiré sa liberté, ôté les clés du royaume céleste et délaissée seule et sans défense dans la main d'une terre dure et cruelle qui l'oppressait un peu plus à chaque instant. Ce fut dès l'âge de cinq ans qu'elle incarna le Corbeau aux larmes amères. C'était tout juste si elle se souvenait de sa première entrée en scène. Elle ne dansait pas alors, elle jouait de l'ocarina, instrument pour lequel elle s'était découvert un véritable don. La mélodie qui s'échappait du petit instrument adapté à sa taille sonnait alors comme une ribambelle de petites clochettes éclatantes, une promenade dans les bois en compagnie des oiseaux multicolores, véritable poésie pour le cœur.

Mais très vite, cette naïveté et cette fraicheur désinvolte disparurent, abandonnant l'enfant à la tragédie de la vie qui se profilait à elle. Elle devint mélancolique et son interprétation en pâtit sévèrement. Alors Koro décida que sa place désormais serait dans le numéro de Lenko, le lanceur de couteaux taillé comme une armoire à glace couturée de cicatrice, doté d'un cœur -tout du moins s'il en avait bien un- aussi froid que le fil de ses lames. Ce furent les pires années de la petite fille âgée alors de sept ans. Lenko lui donnait des ordres d'un voix sèche et elle devait obéir instantanément avec rapidité et souplesse, sous peine de se faire hachée menu par les lames qui pleuvaient de tous côtés sans le moindre état d'âme. Leur numéro tout d'abord classique et banal devint de plus en plus complexe, de plus en plus dangereux, jusqu'à devenir un véritable défi opposant la vie et la mort. Cette dernière semblait s'être invité dans la représentation, glaçant l'assistance d'effroi tandis que le Corbeau aux larmes amères esquivaient les couteaux lancés à pleine vitesse, tournoyant et virevoltant, luttant pour ne pas céder à la peur omniprésente tant bien que mal dissimulée par sa grâce innée jusqu'au clou du spectacle -on ne saurait trouvé de termes plus exacts- : l'oiseau épinglé au mur, les ailes transpercées de multiples lames encore vibrantes sous le regard mi-terrifié mi-fasciné de l'assistance, avant qu'une ovation titanesque retentisse en l'honneur des deux artistes.

Mais si la technique y était, ce n'était pas le cas du cœur ni de la volonté. Le numéro en duo prit fin au bout de quelques mois, un soir où Clémence se laissa volontairement entailler les bras par les lames, marquant les mémoires du public de l'image foudroyante de l'oiseau meurtri en plein vol, le liquide sombre et poisseux dégoulinant sur les plumes, glissant sur le duvet sans y trouver d'attache, chutant en une pluie fine et pourpre sur le sol sablonneux qui s'en abreuvait avidement. Le succès de cette chute fut sans précédent pour la troupe. De plus personne n'était sans savoir que sous le déguisement se cachait une demi-elfe, aussi la vision de son sang souillant le sol ne bouleversa personne. Tous furent surpris, choqué, émerveillés, mais aucune réprobation dans les regards ni dans les cœurs... La société était ainsi faite, les bâtards avaient certes leur place, elle n'était en rien recommandable et cette injustice était tellement intégrée dans la réalité que l'on pouvait sans en faire un cas de conscience, la qualifier de « normal ».

A la suite de cet épisode, Koro défit le duo de mauvaise grâce, partagé entre la volonté de s'enrichir d'avantage grâce à ce soudain triomphe et son esprit rationnel: si Clémence mourrait, il perdait sa poule aux œufs d'or.

C'est alors qu'une plume virevoltante passa devant son regard songeur. Il se perdit dans sa contemplation, savourant du regard les tourbillons gracieux, s'émerveillant devant les ondulation du fin duvet, avant que le symbole de légèreté ne se pose en douceur sur sa main après une ultime révérence. Ses yeux sombres se posèrent sur ceux de son loup qui ne le regardait pas. Les pupilles ambrées étaient braqués sur le placard d'où s'échappaient de petits sanglots étouffés. Un large sourire passa sur le visage du saltimbanque: il tenait son nouveau numéro; la danse du Corbeau aux Larmes Amères.

Troisième partie: La vie est un manteau de plumes noires


L'aube de ses huit petites années, Clémence apprit à danser, et c'est ce même savoir qu'elle développa ardemment durant les huit années suivantes de sa courte existence. En un pas elle apprit le Geste, en deux pas elle apprit l’Équilibre, en trois pas elle découvrit la Joie et en quatre pas elle effleura l'Harmonie. La danse devint rapidement plus qu'une passion pour elle, ce fut son sanctuaire, son paradis intérieur qui s'imposait à ses sens et la faisait prendre son essor. La jeune femme qui la prit par la main pour la conduire sur son véritable chemin s'appelait Syla. Il s'agissait d'une elfe, danseuse autrefois, qui avait vu sa carrière prendre fin après un terrible accident qui lui avait volé la vue. Privée de ses yeux, et étant une "visuelle", une personne marquant chacun de ses repères par la vue, la malheureuse avait immédiatement perdu l'équilibre et la grâce. Néanmoins elle fut une professeure exceptionnelle pour Clémence, elle la guidait avec sa voix et les grelots qui enserraient les chevilles, les hanches et les poignets de la sang-mêlée lui permettait également de la corriger. Le maître comme l'élève apprirent beaucoup au cours de ces séances et une complicité distante s'installa rapidement entre les deux êtres qui se complétaient à merveille. Pas une amitié, mais un respect partagé. Syla ne voulait pas s'attacher à la gamine au sang impur et cette dernière avait depuis longtemps cessé de chercher à tisser des liens avec qui que ce soit.

Elle savait que quand elle verrait la lumière du jour déclinant, elle vivrait un peu de bonheur en compagnie d'une personne qui ne la frapperait pas, et non en compagnie d'une amie. Elle savait également que quand elle danserait, elle serait libre mais elle le serait seule car le monde de ses cieux intérieurs n'appartenaient qu'à elle et jamais elle ne les ferait visiter à quiconque. Enfin, elle savait que quand elles en auraient fini, Syla retournerait dans sa roulotte et elle ferait le tour de la vie, promenée comme un chien par Koro qui prendrait un malin plaisir à montrer sa créature à tous ceux qui voudraient la voir.

Puis elle irait se faire pomponner par la grosse Vënia qui la préparerait pour la représentation du soir,
Puis elle enfilerait son costume,
Puis elle mangerait un peu pour ne pas défaillir sur scène,
Puis elle montrerait ses jolies ailes aux villageois,
Puis le noir à nouveau,
Le noir,
Le noir,
Le noir
...

Quatrième partie: Le Destin se manifeste enfin


Les heures passaient au ralenti et jamais la caravane ne semblait disposer à s'arrêter. La tête appuyée contre la porte de sa prison de bois plongée dans l'obscurité, Clémence écoutait distraitement la conversation entre Koro et un inconnu à la voix monocorde et grave qui résonnait dans la roulotte comme un roulement de tambour. Ils parlaient de banalité depuis desh eures quand enfin:

"... Entendu parler ... drôle de rumeur ? Des chevaliers de l'Honneur..."

" Non ça ne me dis rien... "

"Il paraît qu'il y aurait... château... village... notre route."

Clémence ouvrit les paupières et plaqua son oreille contre le bois.

"Ah bon ? Et tu pense qu'on pourrait faire un passage dans ce "château de la chevalerie" de je-ne-sais-quoi ?"

"J'en doute beaucoup... De drôles de rumeurs circulent à propos de ce château, les gens évitent de trop s'en approcher, il paraitrait que des hommes et des femmes défendant la justice s'y entrainent ... "

"Grotesque! Et si les gens n'y vont pas ça veut dire que l'argent n'y est pas, ça n'intéresse donc pas nos affaires."

"Oui... enfin c'est étrange quand même, les châteaux sont rarement vide, et celui là est situer à trois où quatre kilomètres au nord du village, il est donc étrange que les habitants n'aient aucun lien avec ce-dit "château" non ?"

"Tu te tortures l'esprit pour rien mon pauvre ami, il ne s'agit peut-être que d'une rumeur pour enfants... on s'en fiche bien nous, nous avons déjà un conteur! Ah ah ah!"

Clémence s'écarta de la porte pour se recroqueviller sur le sol tremblant au rythme des chaos de la route. Des chevaliers défendant la justice... Elle ferma les yeux. Défendant la justice... Les chevaliers de l'honneur, un ordre aux nobles intentions... La jeune fille bâilla. COmem elle aimerait être chevalier elle aussi, vivre au grand air, combattre les méchants pour aider les gentils, être libre comme l'oiseau dont elle portait les plumes mais se défaire de sa réputation de malheur. Elle voulait prouver au monde que le corbeau n'était pas un charognard, pas seulement, il pouvait aussi incarner l'espoir et la réussite... La vie... Clémence sombra dans le sommeil, avec dans son poing serré une promesse empoignée...

Ultime partie: Coup d'Eclat


Une disparition. Souvenez-vous chers lecteurs, souvenez-vous l'éclat sombre dans les ténèbres, le tintement de grelot entre les rideaux, le basculement d'une vie à l'autre pour un même individu. Clémence avait fait demi-tour, elle avait descendu les marches de l'autre côté de la scène, elle avait caressé les rideaux noirs... Vous ne connaissez certainement pas l'existence de ce lieu mystérieux grand d'une cinquantaine de centimètres à peine et qui n'a en apparence rien d'exceptionnel. Et pourtant Clémence avait remarqué cet endroit à bien des reprises, petit espace entre deux rideaux, et peu à peu elle s'était mise à croire en lui, à rêver d'évasion avec lui, car voyez-vous, ce petit passage semblable à un portail entre les dimensions pour les plus rêveurs était d'une importance capitale pour la jeune captive. Un filet d'air passait par là, la jeune fille l'avait senti effleurer son visage larmoyant plusieurs fois de suite quand elle sortait de scène. Elle savait que si elle s'aventurait un peu plus loin, elle tomberait sur une porte dérobée dont l'utilité première lui échappait. Peu lui importait de toute façon, cette porte était l'ultime obstacle qui la séparait de la liberté, de Sa liberté. Et de Son avenir basé sur un rêve, une rumeur, si peu et pourtant tellement important pour elle... Si le château dont avait parlé l'homme à la voix grave n'existait pas, elle n'aurait plus qu'à mourir, car jamais elle ne retournerait à sa vie de souffrance sur laquelle elle tirait un trait à partir de ce moment même.

VLAM! Ah qu'il était beau le son de l’échappatoire, il résonna longuement aux oreilles de la petite danseuse. Cela devait faire une dizaine de minute qu'elle l'avait provoqué et elle sentait encore la porte de bois voler en éclat sous son coup de pied magistral. Décidément elle aimait de plus en plus ses chaussures de scène malgré la difficulté qu'elle avait eu au départ à s'y habituer. Il fallait dire que passer d'un modeste mètre soixante à un franc mètre soixante quinze n'était pas une mince affaire, surtout pour un être aussi frêle. Et à présent, plus impressionnant encore, elle parvenait à courir avec.

Dans l'obscurité de la nuit, un corbeau immense traversait les rues à toute vitesse, ne laissant sur son passage que le souvenir d'un tintement de grelot. Un ivrogne en lâcha sa bouteille quand l'éclair de plume le frôla à une vitesse folle et un mendiant terrorisé se recroquevilla dans un coin sombre en faisant un vif signe de main pour chasser le mauvais œil. Puis l'apparition aussi surprenante qu'éphémère disparu à la frontière du village, suivant l'étoile qui, l'oiseau semblait le savoir, n'était autre que l'étoile du Nord.

Haletant de fatigue et la vue brouillée par la faim, Clémence ne ralentit pas un seul instant, ni quand son déguisement se prit dans les branches, ni quand ses chaussures trop hautes la firent chuter conte le sol irrégulier, ni même quand ses genoux et ses mains ne furent plus que d'échardes et de sang.



Derrière le masque






Code du règlement :
Code des pouvoirs :
Comment as-tu connu le forum ? un partenariat avec un forum
Fréquence de connexion : ../7 6 sur 7
Tes impression et suggestions : Bah, vite comme ça?
Un pitit mot ? mot. Bah, quoi? C'est un mot a ce que je sache



Dernière édition par Clémence le Mar 3 Juil - 22:18, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kay

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 15:11

Bienvenue sur le forum Clémence~

D'après la couleur de ta fiche je dirais que tu vas rejoindre les rangs des chevaliers d’Émeraude... Excellente idée !

Sais-tu le rôle que tu veux faire ou je peut te pousser gentiment pour que tu fasses une élève ? Pour te convaincre j'ouvre un cours d'ici Vendredi et je manque un petit peu d'élèves, ben ouais ils ne sont que 3...

Bref, bon courage pour ta fiche.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clémence

avatar


Plus d'infos

Age : 18

MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 15:17

Je suis désolée, je suis entrain d'écrire ma fiche, et j'ai mit Écuyer. Peut être un peu plus tard si je prend un DC?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 15:21

Bienvenue !
Haha pleure petit Kay, pleure ♥


C'est tout aussi bien écuyer, en plus un event à été lancé et les écuyers y participent ^^
Et je peut déjà te dire que c'est Persée qui sera ton maître. Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clémence

avatar


Plus d'infos

Age : 18

MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 15:30

Merci! Persée? Jolie nom!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 16:22

Je VALIDE les codes ♥

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Persée

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 16:42

Merci Clémence Smile et bienvenue!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clémence

avatar


Plus d'infos

Age : 18

MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 19:27

Merci, maître!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 20:18

Welcome Miss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kay

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 22:33

Comme dis tu la CB je trouve que tu as une très belle écriture, c'est vraiment beau.
Je te VALIDE, tu peux dès maintenant aller rp et remplir ta fiche de personnage.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clémence

avatar


Plus d'infos

Age : 18

MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mar 3 Juil - 22:48

Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mer 4 Juil - 7:56

A très vite en rp et je partage le pont de vue Kay sur ta manière d'écrire Very Happy
Je t'invite à posté ici, ton maître ayant déjà posté:
cliques ici
Voilou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clémence

avatar


Plus d'infos

Age : 18

MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mer 4 Juil - 11:08

Je ne peux pas voir le lien! Il est écris [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Persée

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mer 4 Juil - 11:44

Ca doit être l'event dont parle Ariane,tien un lien mais attend d'abord que Ariane nous disent s'il sagit de l'event:
http://irianeth-enkidiev.forumgratuit.org/t209-event-emeraude-un-veritable-cadeau-ou-une-simple-blague

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clémence

avatar


Plus d'infos

Age : 18

MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mer 4 Juil - 11:53

Je vois encore [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour les deux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mer 4 Juil - 12:08

Clémence on se penche sur le soucis au plus vite
Le sujet est dans royaume d'Emeraude . Voilou je te tiens au courant de nos recherches sur l'origine du soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clémence

avatar


Plus d'infos

Age : 18

MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mer 4 Juil - 12:58

Je sais pas si cela peu aider, sur un autre forum, cela me fait ça aussi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mer 4 Juil - 13:13

merci de l'info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kay

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   Mer 4 Juil - 16:19

En principe tu devrais pouvoirs les voir maintenant

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Plus d'infos


MessageSujet: Re: Clémence d'Émeraude   

Revenir en haut Aller en bas
 

Clémence d'Émeraude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Britany, domestique au château d'Émeraude
» Kyana [Chevalière D'Émeraude]
» Kaynan, Élève d'Émeraude
» [Chevalier d'Émeraude] Cérémonie d'une deuxième Génération
» [Émeraude] Codes Action Replay

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de guerroyer :: Qui es-tu? :: Présentations Validées :: Enkidiev-