Nous recherchons des élèves pour les deux ordres ainsi que des futurs élèves.

Partagez | .
 

 Petite fringale nocturne ? [PV : Neo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kahliya

avatar


Plus d'infos

Age : 30

MessageSujet: Petite fringale nocturne ? [PV : Neo]   Lun 24 Sep - 1:20

Il était tard, la nuit était déjà tombée depuis plusieurs heures et la forteresse était plongée dans le silence et le calme qui lui était propre à cette heure si tardive. Un silence qui fut brisé par un long et profond soupir dans une des chambres des membres de l’Ordre d’Irianeth. Il s’agissait bel et bien de la chambre de Kahliya. Cette dernière ne dormait visiblement pas. Boudait-elle Morphée ou bien était-ce lui qui ne voulait pas passer ? Seule elle avait la réponse. Assise sur le grand rebord d’une des fenêtres de sa chambre, elle avait ramené ses genoux vers elle et les enlaçait de ses bras. Sa tête était appuyée contre la vitre froide et son regard fixé un point imaginaire, quelque part à l’extérieur. Elle était fatiguée, éreintée même mais ne pouvait dormir. Pourquoi ? À cause de la douleur.

Cela faisait deux jours que ses « crises » avaient repris. Heureusement pas durant le jour, mais elles avaient un impact direct sur sa condition physique. Cela faisait deux jours qu’elle mangeait à peine, juste assez pour ne pas faire un malaise en fait. Elle avait froid et rien ne parvenait à la réchauffer. Une chance qu’elle était pâle de nature sinon son état de santé aurait été beaucoup plus visible. Cela faisait tellement d’années qu’elle cachait cela aux autres, que c’était devenu une habitude de faire croire qu’elle était tout simplement fatiguée et que ce ne devait être qu’un simple coup de froid. Les symptômes allaient dans ce sens aussi. Fièvre légère, manque d’appétit, petite toux, voilà les seules choses qu’elle laissait apercevoir dans le pire des cas. Le sommet de l’iceberg. Il y’avait encore les douleurs au niveau de la poitrine, les toux tellement forte qu’il lui arrive parfois à avoir du mal à reprendre son souffle et qui lui laisse la gorge toute irritée, et il y avait surtout le sang, accompagnant souvent ces longues quintes de toux.

Cette nuit-là, c’était les douleurs au niveau de la poitrine qui l’avaient réveillé. Soudaine et très intense, elle était apparue comme si on venait de lui transpercer la poitrine avec violence avec une lame émoussée. Elle avait alors disparue aussi vite qu’elle était apparue, pour revenir, moins forte mais plus longue. Cela faisait maintenant des heures que le manège perdurait. On lui avait donné jusqu’à ses 10 ans et elle était toujours en vie, mais Kahliya ne se voilait pas la face, elle remarquait bien que ses crises se faisaient de plus en plus fréquentes et de plus en plus fortes, ses forces et ses pouvoirs n’étaient pas sans limites…

Un nouveau soupir s’échappa d’entre ses lèvres, il reflétait bien la frustration que la jeune femme éprouvait désormais. Fermant les yeux, elle prit une longue inspiration et lorsqu’elle rouvrit ses paupières son regard brillait de détermination. Limites ou non, elle ne pouvait se laisser aller ainsi ! Elle se battrait et ferait tout son possible pour aider les autres d’ici là !

Elle quitta alors son perchoir et ses pieds nus allèrent se poser sur les pierres froides du sol. Elle resserra son long châle bleu pâle, ancienne appartenance à sa mère, sur ses épaules et se dirigea vers la porte de sa chambre. La sensation de fatigue était partie et cela faisait un bon quart d’heure qu’elle n’avait pas eu mal, elle pouvait donc se risquait à une petite escapade. Rien de bien méchant ! Elle avait simplement le goût de boire une bonne tisane bien chaude ou un lait chaud au miel. Elle aurait le temps de se décider le temps de se rendre aux cuisines.

Elle marchait tranquillement dans les couloirs, s’éclairant l’aide d’une lampe à bougie. Les couloirs sombres et le silence qui régnait pouvait rendre les lieux apeurant, mais Kahlyia appréciait ce calme qui régnait dans la forteresse la nuit. La journée ça grouillait de monde au point que parfois il était difficile de s’entendre penser !

Et pourtant, elle n’était pas la seule à arpenter les couloirs cette nuit-là (si on ne comptait pas les gardes bien évidemment). Bifurquant sur un autre couloir elle crut entendre des voix. Et c’en était bien ! Au début elle pensait que c’était des gardes, mais les éclats de voix qui lui parvenaient étaient féminins. Il ne fallut pas longtemps avant que son chemin ne croise celui de deux jeunes servantes qui semblaient quelque peu en hâte. Elle s’arrêtèrent pour saluer poliment la femme chevalier et celle-ci en profita pour leur demander :

« Tout va bien ? »

« Oui ! »
« Non… »

Les deux réponses différentes firent soulever un sourcil et un regard interrogateur, presque inquisiteur, se posa alors sur les deux jeunes filles. Celle qui avait dit oui, c’était tournée vers l’autre et lui avait lancé un regard massacreur. L’autre s’était contenté de hausser les épaules.

« Ils le sauront tôt ou tard vu qu’on ne le retrouve pas… »

« Oui mais… »

«De qui parlez-vous ? » coupa court Kahliya.

« D’un élève… Nous faisions le tour pour voir si tout allait bien et nous nous sommes rendues compte qu’un lit était vide… »

«Avez-vous prévenues la garde ? »

« Non. Nous pensions le retrouver vite. »

« Eh bien c’est une pensée bien stupide ! La forteresse est un terrain de jeu énorme pour un enfant. À deux vous n’irez pas loin. »

Sans attendre, Kahliya sonda les lieux. À cause des derniers jours, il lui fallut plus de temps que prévu pour repérer la présence du petit être. Heureux hasard ou non, il était exactement là où elle voulait aller ! Un petit creux nocturne l’aura peut-être tenté ? La jeune femme reporta son attention sur les deux servantes et enchaîna :

« Je l’ai repéré. Je m’en occupe, vous pouvez retourner à votre occupation principale ou allez vous reposer si vous avez finit votre quart. Je ne dirais rien pour cette nuit, mais j’espère que vous ferez preuve d’un peu plus de jugeote la prochaine fois. »

Les servantes acquiescèrent, penaudes. D’un côté elles se sentaient mal pour ces réprimandes, mais elles étaient aussi reconnaissantes envers la femme chevalier, pour ne pas les punir ou les faire punir pour leur erreur.

Lorsqu’elles se furent éloignées, Kahliya alla donc rejoindre les cuisines. Lorsqu’elle ouvrit la lourde porte, cette dernière grinça. Elle alla allumer quelques bougies histoire de voir plus clair. Rien, il n’y avait absolument rien si ce n’était tout ce qui devait se trouver dans une cuisine. Et pourtant elle savait qu’il était ici, elle le ressentait.
L’air de rien, elle alluma un petit feu. Il restait une jarre de lait dont elle versa une bonne partie du contenu dans une casserole qu’elle plaça alors au-dessus du feu. Ceci une fois fait elle prit une chaise, la plaça non loin du feu et s’y assis en ramenant l’un de ses genoux vers elle. Elle ressenti vite la chaleur des flammes et pourtant elle restait frigorifiée, même si elle ne le montrait pas. Son regard posé sur la casserole qui chauffait doucement, sa voix s’éleva
.

« Tu n’es pas obligé de rester cacher. Viens plutôt te réchauffer ici. Promis je ne te gronderais pas. »

Elle s’était exprimée de manière douce et il n’y avait aucune remontrance dans son timbre de voix. Le regard toujours fixé vers la casserole, elle attendit alors, se demandant si l’enfant se montrerait ou s’il préférait jouer les grands timides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neo

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Petite fringale nocturne ? [PV : Neo]   Lun 4 Fév - 18:49

Comme chaque nuit le ciel est sombre même si la faible lueur de la lune tente vainement de l'éclairer, comme chaque nuit tout est calme dans le château même si les gardes font leur ronde. Comme chaque nuit tout les élèves dorment même si l'un d'entre eux à décidé de troubler le calme de la nuit en chutant contre un coffre de vêtements. Comme chaque nuit l'élève nommé Neo ne veux pas dormir même si habituellement il reste sagement dans lit. Seulement cette nuit l'élève ne veux ni dormir ni rester dans son lit même s'il aurait plus chaud et éviterais de se cogner contre quelque chose à chaque pas. Le plus doucement possible le jeune élève essayait de quitter la chambre des élèves tout en prenant grand soin d'éviter le plus possible chaque obstacle, les coffres de vêtements ou tout simplement les affaires des élèves. Même avec sa capacité à voir dans le noir il ne parvenait pas à éviter tout les obstacles, il était tellement occupé à essayer de marcher silencieusement qu'il regardait ses pieds et non ce qu'il y avait devant et de cette façon il est tout de même plus difficile d'éviter les obstacles qu'en regardant devant soit. Ce n'était que par pur hasard que le garçon avait redressé la tête avant pour voir la porte de sortie, ou d'entrée suivent le côté où on se trouvait, avant de se la prendre dans la tête. Une fois dans le couloir l'enfant faisait très attention à ne croiser personne pour éviter qu'on le reconduise illico dans la chambre avec les autres enfants de l'ordre.

En courant il ne pouvait pas s'empêcher de regarder derrière lui, après tout s'il voyait ce qui était devant lui il n'avait pas des yeux derrière la tête, il était presque capable de voir dans le noir et non presque caméléon. A chaque intersection il se mettait contre le mur, en s'imaginant qu'ainsi il était invisible, et regardait partout pour être certain que personne n'arrivait dans le coin pour le surprendre. Quelques couloirs passés l'enfant avait eut bon fou rire qu'il n'était pas parvenu à étouffer étant particulièrement fière d'être parvenu à quitter la chambre et à éviter les diverses servantes et le personnel du château, parce qu'après tout pour lui les élèves ne devaient pas être capable de fuguer ainsi de leur chambre et de parvenir à éviter toutes les personnes du châteaux. Son fou rire, mi-nerveux mi-heureux, enfin terminé l'enfant s'était assis sur le sol le temps de trouver où il pouvait bien se rendre, parce que courir dans les couloirs ça lui convenait parfaitement, mais il y avait peut être quelque chose de plus amusant à faire, quelque chose qu'il ne pouvait pas forcément faire durant la journée à cause des cours de la maitre-magicienne et de la foule dans la forteresse. Puis une petit idée avait surgit dans son esprit, le seul endroit où il ne pouvait pas forcément se rendre aisément la journée, mais qui était libre la nuit c'était la cuisine en plus s'il allait là-bas il pouvait se servir dans les placards, voilà qui lui convenait parfaitement !

Ayant désormais une destination l'enfant s'était redressé doucement en faisant le moins de bruit possible et tout en observant les alentours pour être sûr d'être tranquille. Rassuré sur l'absence de toute personne importune il avait reprit sa course avec un large sourire, cette nuit il avait l'impression d'être le plus fort, personne ne le trouvait et personne ne pouvait l'empêcher de se rendre jusque dans la cuisine. Après quelques couloirs raté, des demis-tours fréquent et pas mal de bougonnement mentale quand à sa capacité inexistante de se repérer dans le noir malgré sa vue nocturne légèrement supérieur aux autre, l'enfant était parvenu jusqu'aux cuisines. Avec une joie non feinte et un immense sourire d'auto-satisfaction l'enfant avait ouvert la porte, en l'entendant grincer il l'avait rapidement refermée derrière lui et était resté immobile craignant que le bruit n'est alerté quelqu'un aux alentours. Ne voyant toujours personne il avait décidé que personne n'avait entendu le grincement et qu'il était absolument tranquille, ce qui signifiait qu'il pouvait manger tout ce qui lui tombait sous la main.

Pile au moment où il avait grimpé sur une table pour attraper un bout de pain et éventuellement se servir de la table comme chaise il avait entendu un bruit de pas., bruit de pas qui semblait s'être arrêté assez proche. Le plus silencieusement et rapidement possible, le garçon avait quitté la table pour se mettre vers un côté de la cheminée le bout de pain toujours dans la main. Dès que la porte c'était entrouverte il avait glissé les mains dans ses poches, pour cacher le pain, et fermé les yeux dans l'espoir de disparaitre. La peur pouvait faire faire de grande chose il était parvenu à disparaitre, ou du moins à donner l'illusion d'avoir disparut et donc d'être absent, même s'il avait quelques difficultés à utiliser son pouvoir d'illusion il parvenait toujours à disparaitre aux yeux des autres. Au regard seulement, autrement dit une personne pouvant sonder les environs pouvait parfaitement savoir qu'il était dans la pièce, mais l'enfant espérait qu'il s'agissait simplement d'un servante ayant un peu faim. Manque de chance pour lui il s'agissait d'un chevalier, le chevalier Kahliya s'il ne se trompait pas, admirant les chevaliers et surtout étant partie pour en devenir un il lui semblait important de connaitre le nom des chevaliers de l'ordre, d'autant plus qu'il n'y en avait pas tant que ça encore. Le premier prénom qu'il avait retenu était celui du chef de l'ordre, Lilwen, puis il avait retenu celui du second chevalier masculin, Ebroïn, pour les filles il avaient eut un peu plus de difficulté à les retenir. Il avait repéré que Kahliya était le chevalier qui passait le plus de temps avec la princesse, pour Sylva elle était dynamique ensuite il restait Lilvia donc c'était plutôt facile... Dans la théorie seulement.

Silencieusement l'élève avait observé la jeune femme s'affairer, tout en espérant mentalement qu'elle parte rapidement étant donné que plus le temps passait et plus il avait des difficultés à rester invisible. En temps normal il aurait put tenir encore un peu plus longtemps, même si rester immobile n'était pas ce qu'il savait le mieux faire, mais là il se trouvait relativement proche de la femme chevalier à tel point qu'il lui semblait que si elle tendait le bras elle pouvait l'attraper sans aucun problème et surtout la cheminée commençait à chauffer sérieusement et s'il aimait avoir chaud il n'envisageait pas le moins du monde de se transformer en élève rôtit.

« Tu n’es pas obligé de rester cacher. Viens plutôt te réchauffer ici. Promis je ne te gronderais pas. »

Étant donné qu'il avait l'impression de cuire il n'avait aucun problème avec la fraicheur de la nuit et bien sûr que si il était obligé de se cacher, ne serait-ce que pour son amour propre et surtout pour avec le plaisirs de se dire "Même si je cuit et suis stressé je suis tout de même capable d'utiliser mes pouvoirs, j'suis trop fort!" Il était donc resté immobile au même endroit et surtout silencieux, sauf qu'il est difficile de rester immobile quand aime courir partout et encore plus lorsque notre cauchemar décide de se montrer en nous grimpant dessus, c'est à dire une araignée. Oui, parce qu'invisible ne voulant pas dire impalpable mademoiselle l'araignée pouvait facilement escalader le pied de l'enfant, sans réfléchir l'enfant avait secouer sa jambe dans le but de la faire partir et n'aimant vraiment pas les araignées il avait très rapidement quitter son coin pour se précipiter vers la femme chevalier.

Elle est partie dis ? Hein, dis elle est partie la bestiole ? J'aime pas les araignées dis moi quelle est partieuu !" Ha... T'as dis que tu n'allais pas me disputer, c'est vrai ça ou c'est un mensonge d'adulte ? Papa il était trop fort pour les mensonge d'adulte, je me faisait toujours avoir.

Légèrement rassuré par l'absence de l'araignée il c'était posé sur le sol en fixant la femme chevalier, il n'avait pas l'impression qu'elle allait se fâcher mais il n'était pas sûr non plus qu'elle ne lui dise rien sur son escapade nocturne. Le tout était de trouver une idée lumineuse qui justifierais sa présence dans les cuisines à une heur aussi tardive sachant que les élèves ne devaient pas quitter leurs lits. Il pouvait tout simplement lui dire qu'il était somnambule, mais la dernière fois qu'il avait sortie cette excuse son père avait souris et l'avais expédié dans son lit, c'était plutôt une mauvaise idée de ressortir la même excuse. Ne trouvant pas d'autres idées il avait sortie le morceau de pain de sa poche et commencé à le manger tout en cherchant l'excuse imparable. Ne trouvant pas d'idée le garçon avait estimé que ce n'était pas spécialement important, il y avait autre chose de vraiment plus important, enfin plusieurs même.

Je peux avoir du lait moi aussi ? Froid, chaud ou tiède peut importe mais le lait c'est vraiment bon donc j'en veux un peu. En plus tu as dis que tu n'allais pas me disputer donc je peux avoir du lait, pas vrai ? T'as quoi comme pouvoir ? Tu sais super bien te battre avec quoi ? Il est comment ton cheval ? C'est dur à monter sur un cheval ?

L'enfant l'observait avec une fascination non feinte, surtout parce qu'il ne se rendait pas compte de la façon dont il la regardait.


[ Désolé pour le gros retard et le post pas tip top, je ferais surement mieux ensuite ^^' ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kahliya

avatar


Plus d'infos

Age : 30

MessageSujet: Re: Petite fringale nocturne ? [PV : Neo]   Mer 13 Fév - 20:53

Si ce n’était le crépitement des flammes d’audible, le silence était roi dans la cuisine. L’endroit était tellement calme et ne détectant aucun mouvement, Kahliya était presque amenée à penser qu’elle avait rêvé la présence de l’enfant, bien que ses sens lui disent le contraire. Une pièce sombre à peine éclairée par le petit feu qu’elle venait d’allumer pour réchauffer le lait, le silence… Et puis d’un coup ! Un mouvement et une voix ! Kahliya avait beau s’attendre à voir quelqu’un apparaître, elle ne put réprimer un léger sursaut, se laissant surprendre par les gestes vifs et l’apparition soudaine du gamin. Ce dernier semblait effrayé par quelque chose et à l’énoncé d’une « bestiole », par réflexe la femme chevalier l’observa sous toutes les coutures afin de voir si la dite bestiole se trouvait toujours sur son perchoir humain. Mais il fallait croire que non, car elle ne nota aucune présence suspecte sur les vêtements de l’enfant. D’un côté il était bien que cette petite bestiole ai fait son apparition, car le petit jeu de cache-cache aurait pu durer encore longtemps sinon. D’un autre côté, Kahliya était contente que l’araignée soit partie d’elle-même car elle-même n’aimait pas trop ce genre de bestioles. Elles les répugnaient. S’en suivirent une multitude de propos enchainés les uns derrière les autres avec une rapidité propre aux questions d’enfants, ce qui fit sourire Kahliya. Pour un élève qui devait être endormi, il avait plutôt l’air bien réveillé et ne semblait pas fatigué le moins du monde.

« Non je ne te disputerais pas, je te l’ai promis. Une petite fugue de temps en temps, ça ne fait pas de mal à personne. Mais il ne faut pas que cela devienne une habitude non plus d’accord ? »

Disant cela, elle avait agrémenté ses paroles d’un petit clin d’œil complice à l’enfant. Ce genre de propos pouvait surprendre peut-être. N’incitait-elle pas l’enfant à aller contre l’autorité que représentaient ses « gardiennes » et les adultes du château ? Pas en son sens. La jeune femme était elle aussi passé par la case « enfant élevé à la forteresse » et elle pouvait très bien comprendre le goût de ces petites fugues nocturnes parfois. Quand ce n’était pas les nuits de batailles de polochons ou autre, bien évidemment ! La jeune femme fut sortie de ses pensées par l’enfant lorsqu'il énonça le lait.

« Le lait ?... Oh le lait ! »

La casserole qui chauffait tranquillement au-dessus du feu lui revint d’un coup à l’esprit. Mais avec le lait, cela pouvait aller très vite ! Et justement, en lançant un coup d’œil à la dite casserole, elle put s’apercevoir que le lait était en train de monter. Elle se leva donc précipitamment pour attraper un chiffon qui trainer sur l’un des nombreux comptoirs. Elle protégea ses mains avec et se saisit de la poignée de la casserole et posa cette dernière sur la grande table en bois. Elle fouilla alors dans les placards de la cuisine pour sortir deux tasses, deux cuillères et un pot de miel. Elle versa doucement le lait dans chacune des tasses et y plongea une cuillère préalablement couverte de miel. Elle posa ses mains sur une des deux tasses histoire de vérifier qu’elle ne soit pas trop chaude au toucher. Satisfaite de la température, elle la prit doucement et la tendit à l’élève curieux.

« Fais attention c’est encore très chaud, tu risques de te brûler la langue si tu vas trop vite. Si tu n'aime pas avec le miel dis le moi, je te servirais une autre tasse»

Elle-même se réinstalla sur la chaise qu’elle avait occupé depuis plus tôt, ré ajusta son châle avant de souffler doucement sur le liquide encore brûlant. Elle espérait qu’au moins cela arriverait à la réchauffer… Entre temps, elle pouvait répondre aux questions du petit fugitif.

« Alors… Par où commencer… Mmh… Mon cheval s’appelle Cahal. Il est tout noir sauf le bout de trois pattes qui sont blanches. Il est aussi très grand. Monter à cheval peut sembler très difficile au début, mais si on s’entraîne régulièrement on s’y habitue vite et cela devient vite une passion. Le secret c’est de ne jamais baisser les bras, de toujours remonter sur le dos du cheval après être tombé et de ne pas avoir peur de se montrer ferme avec le cheval pour qu’il écoute. Si tu veux un jour je pourrais te faire faire un tour sur le dos de Cahal.

Pour ce qui est du combat, je ne peux pas vraiment me vanter d’être « super bonne » dans ce domaine. Mes armes préférées sont les dagues et je me bats surtout avec elles. J’ai l’épée de l’Ordre comme les autres, mais je ne suis pas très bonne avec. Comme tu peux le voir, je ne suis pas quelqu’un de très musclé, alors je préfère attaquer quelqu’un avec rapidité et précision, plutôt que d’utiliser la force pure.

Quand à mes pouvoirs, j’en ai quelques-uns comme les autres, comme la télépathie, la vague d’apaisement, sonder les lieux, les rayons incendiaires et les soins. Mais pour ces deux-là je suis plutôt nulle, je dois l’avouer. Sinon je peux aussi savoir lorsque quelqu’un me ment et contrôler l’eau. C’est pour ça que je dois être nulle avec les rayons incendiaires je pense, vu que l’eau et le feu ne vont pas bien ensemble. »


Après ce petit monologue, la jeune femme s’autorisa à boire quelques gorgées de lait chaud. Elle put sentir le liquide glisser le long de sa trachée et commencer à lui réchauffer l’estomac. C’était bon signe, au moins ne frissonnerait-elle plus pour le moment. Et avec de la chance, elle se réchaufferait complètement grâce à la boisson chaude et au feu. Mais Kahliya ne s’attarda pas sur sa condition. Il était bien plus intéressant et amusant de se concentrer sur l’élève plutôt. Aussi, après avoir bu une autre lampée, elle s’adressa à lui.

« Et toi ? Quels pouvoirs as-tu déjà découvert ? Il me semble que tu es très doué pour passer inaperçu, je me trompe ? »

Sourire amusé aux lèvres, elle signifiait ainsi qu’elle ne faisait aucune remontrance au petit. Elle ne s’imaginait pas non plus que les réponses qu’elle lui avait fournies risquaient de donner naissance à bien plus de questions et d’engouement de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Plus d'infos


MessageSujet: Re: Petite fringale nocturne ? [PV : Neo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Petite fringale nocturne ? [PV : Neo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [#6] Petite baignade nocturne. Un invité surprise, qui sait? [Terminé]
» Petite fringale au milieu de la nuit. [Elanore d'Odelian]
» Fringale nocturne et poêle à crêpes [PV Derek]
» Petite escapade nocturne || Ft. Femmeuh
» [Octobre 1990] Fringale nocturne - ft Raivis ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La salle de détente :: Archives :: Première génération-