Nous recherchons des élèves pour les deux ordres ainsi que des futurs élèves.

Partagez | .
 

 Promenons-nous dans les bois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kahliya

avatar


Plus d'infos

Age : 30

MessageSujet: Promenons-nous dans les bois.   Sam 27 Oct - 19:33

Une belle journée s’annonçait sur Irianeth. Le soleil était déjà haut dans le ciel et aucun nuage n’était présent pour jouer à cache-cache avec lui. Malgré tout il persistait une petite fraîcheur, mais cela n’était pas bien gênant. En fait, c’était même agréable. Cette même journée s’annonçait tranquille et pourtant Kahliya était prise par un bon stress. La raison en était toute simple, il s’agissait de la première journée qu’elle passerait avec la jeune fille qu’on lui avait attribuée comme écuyère. Bien que les enfants soient à la forteresse depuis quelques années déjà, pour leur formation magique en tant qu’élève, Kahliya ne pouvait pas dire qu’elle les connaissait vraiment. En fait à part leur prénom et leur description physique vague, elle ne savait rien d’eux. Mais si la jeune femme ressentait une certaine appréhension pour cette rencontre et ce qu’il allait en découler, elle se disait qu’il devait en être autant pour la jeune fille qui serait désormais sous sa tutelle. Kahliya inspira alors profondément pour se ressaisir car rien n’était plus stressant que de s’apercevoir que l’autre personne était tout aussi mal à l’aise et elle ne voulait pas créer de malaises tout de suite en partant avec son écuyère.

La femme chevalier s’y était prise la veille. Cela faisait pourtant déjà quelques jours qu’on lui avait attribué Edelweiss –Car tel était son prénom- mais Kahliya ne voulait pas la convoquer sans que quelque chose ne soit prévu. Se voir juste pour faire quoi ? Se présenter et laisser planer un silence qui les mettrait toutes deux mal à l’aise ? C’était hors de question pour la grande femme, aussi s’était-elle permit de laisser passer quelques jours, le temps de réfléchir à tout ceci. Et elle l’avait trouvé. Se faisant elle avait demandé à un serviteur de porter un message à son écuyère, lui demandant de la rejoindre aux abords de l’écurie le lendemain à midi. Et ce fameux lendemain était arrivé.

Il n’était pas encore midi, mais Kahliya avait des préparatifs à faire. Elle était passée par les cuisines où elle récupéra deux sacoches. Elle remercia chaleureusement les cuisinières et se dirigea vers l’armurerie où elle récupéra ses dagues, qu’elle attacha à sa ceinture sur son côté droit et deux épées. La sienne et une autre qu’elle drapa. Ainsi chargée elle rejoignit finalement l’écurie où elle déposa tout son chargement dans un coin de la stalle de Cahal, son étalon. Préférant s’occuper de son cheval elle-même, elle donna une autre tâche au jeune palefrenier qui s’était proposé pour préparer Cahal. Le temps de le brosser, de le sceller et d’accrocher les sacoches ainsi que les deux armes, les minutes c’étaient lentement écoulées pour atteindre l’heure de la mi-journée.

Kahliya mena Cahal tranquillement à l’extérieur et passa les rênes par-dessus son encolure avant d’aller réajuster la sangle et les lanières. Un mouvement attira son attention et son regard se posa alors sur le jeune palefrenier qui lui faisait signe qu’il avait fini les préparatifs qu’elle lui avait demandés de faire. Elle lui fit signe à son tour, pour lui signifier d’attendre. Il hocha la tête pour dire qu’il avait compris l’ordre. La jeune femme reprit son activité de plus tôt, lançant des coups d’œil derrière elle pour voir si son écuyère arrivait.

Au fur et à mesure que les minutes s’égrenaient, le stress la gagna à nouveau, de plus en plus intense. Cependant, de nature calme et maîtresse d’elle-même, son appréhension et son stress ne paraissait ni émotionnellement ni par ses gestes. De l’extérieur elle semblait tout aussi calme qu’à son habitude. Ses préparatifs terminés, elle caressa doucement l’encolure du grand Shire. Ne restait plus qu’à ce qu’Edelweiss fasse son apparition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edelweiss

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois.   Dim 28 Oct - 9:47

Kahliya & Edelweiss

❝ Promenons-nous dans les bois ❞

Un pépiement brisa le silence et je maudis le machin à plume qui avait osé me réveiller en gazouillant allègrement. Pendant un instant la tentation de l'étriper fut très forte. Puis j'abandonnais ce grand projet. Malgré tout, je respectais la vie. Tuer pour tuer n'étais pas digne d'un futur Chevalier. Lentement, je tendis la main et tâtonnais le sol à la recherche de ma petite bourse de cuir écarlate. Ayant mis la main dessus, je farfouillais et en tirais un éclat de sucre glucose que j'avalais à la hâte. Je fermais les yeux, sentant ma personnalité violente et meurtrière régresser au fin fond de mon être. Je me redressais sur les coudes, jetant un regard circulaire à la chambre. ce serait sans doute la dernière fois que je la voyais. Dès ce soir, ou du moins dans très peu de temps, j'allais emménager dans la chambre de mon Maître, et ce jusqu'à la fin de mon apprentissage. J'allais passer d'élève à Écuyer. Avec un E majuscule.

Péniblement, je quittais la chaleur de mes draps et affrontais la fraîcheur du petit matin. J'avais reçu une convocation de mon Maître, qui me demandait de la rejoindre vers midi aux écuries. Sans doute pour faire connaissance. Je m'habillais sans enthousiasme. Je n'avais pas peur, mais j'étais mal à l'aise. Peu de gens au sein de l'ordre étaient au courant de mon petit problème de double personnalité et j'espérais franchement que cela ne jouerait pas en ma défaveur. A peine eus-je pensé à ces mots qu'un ricanement remonta lentement dans ma tête. Oh la jumelle diabolique, on se tait, hein. Je m'étirais, histoire de chasser l'inquiétude qui me rongeait. Et si elle, enfin je veux dire, mon Maître, ne m'acceptait pas à cause de cette différence ? Et si elle préférait ma personnalité violente à celle que j'affichais habituellement ? Et si... ? Argh, j'allais finir par mourir de stress si je continuais ainsi. J'avais l'estomac trop noué que pour avaler un semblant de déjeuner, c'est pourquoi je descendit directement à la bibliothèque, seul endroit où Darkie ne m'embêtait pas, lire étant un passe-temps qu'elle n'appréciait guère, à mon grand soulagement. Le soleil monta lentement dans le ciel, mais trop vite à mon goût. L'heure fatidique de la rencontre approchait et je me rendis en traînant les pieds jusqu'à ma chambre, où je fis face à un problème. Un gros problème. je ne savais pas ce qu'avais prévu mon Maître, la question était donc: que prendre et que me mettre sur le dos ? Je finis pas opter pour une simple tunique et un pantalon. Je laçais mes bottes souples, me disant que si elle avait demandé que je me rende aux écuries, c'est que nous aurons sans doute une petite balade à cheval dans le programme de la journée. Mon angoisse n'était pas encore totalement calmée mais je ne pu m'empêcher de descendre les escaliers en sautillant, sautant les dernières marches dans mon impatience. J'étais morte de trouille à l'idée d'un quelconque rejet mais j'étais impatiente de faire connaissance avec Kahliya et commencer mon véritable apprentissage.

Je courus jusqu'aux écuries, saluant un peu tout le monde au passage. Je connaissais les stalles et les chevaux par cœur. Ils avaient été mes amis et mon réconfort. Il était arrivé que je passe une nuit lovée contre l'un des superbes destriers. J'adorais être en contact avec eux. Tout ne déambulant dans l’allée, caressant par-ci par-là le doux chanfrein des montures, grattouillant l'encolure de certains, je cherchais des yeux la chevelure noir de Kahliya. Je finis par la repérer au-dehors? je courus la rejoindre mais stoppais à quelques mètres. Quelle attitude devais-je adopter ? Finalement, je posais un genoux à terre, la tête recourbée.
Désolée pour mon retard, Maître. Je suis heureuse de faire votre connaissance.
Certes, il y avait mieux comme entrée en matière mais j'étais trop tétanisée que pour penser à autre chose.
(c) Edelweiss/Sweetie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kahliya

avatar


Plus d'infos

Age : 30

MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois.   Lun 29 Oct - 22:55

Il ne lui fallut pas attendre trop longtemps. Une jeune fille sortit de l’ombre de l’écurie et se dirigea vers elle et Cahal. Physiquement tout le contraire de Kahliya avec ses cheveux blancs et ses iris rougeâtres, cette jeune fille ne pouvait être qu’Edelweiss. Si un doute devait encore persister sur l’identité de la nouvelle arrivante, cette dernière le chassa vite en mettant un genou à terre, tête baissée et en s’excusant en nommant Kahliya, «Maître ». Un silence suivit le geste de l’écuyère. En fait, en agissant de même, elle avait prise de court la femme chevalier. Elle ne s’était pas du tout attendu à ce qu’elle agisse de même et elle n’était vraiment pas habituée à ce qu’on agisse de même à son égard. Elle était certes chevalier, mais depuis son arrivée à la forteresse, elle avait bien insisté auprès du personnel qu’il n’y avait aucune raison pour elle, à ce qu’il la traite avec trop de respect. Le titre, le vouvoiement et le respect minimum lui était largement suffisant et plus d’égard à son sujet avait tendance à la mettre mal à l’aise car après tout, elle venait du peuple elle aussi. Elle n’était même pas originaire de la petite bourgeoisie.

Un renâclement de Cahal, la ramena au temps présent. Si elle n’avait pas voulu instaurer de malaises entre elle et son écuyère, elle était mal partie en laissant planer un tel silence. Elle se râcla doucement la gorge avant de se diriger vers Edelweiss et de s’accroupir en face d’elle. Elle lui prit doucement le bras et la fit se relever en même temps qu’elle. Elle lui fit relever la tête, plongea son regard aux couleurs froides dans le sien aux couleurs plus chaudes et lui sourit.


« J’apprécie le respect c’est vrai, mais tu n’as pas besoin d’agir ainsi à mon égard. Je suis ton maître, rien de plus et je dois t’avouer qu’il me faudra encore quelques temps pour m’habituer au fait que tu m’appelles « Maître ». »

Elle eut un petit rire et lâcha le bras d’Edelweiss et fit quelques pas à reculons pour s’éloigner un peu de la jeune fille. Sourire toujours aux lèvres, elle reprit.

« Je suis ravie de faire ta connaissance aussi Edelweiss. J’espère que tout se passera au mieux entre nous deux durant les prochaines années. J’espère aussi pouvoir me montrer à la hauteur de tes attentes. S’il y a quoique ce soit, n’hésites pas à m’en faire part. Je préfère que les choses soient dites, plutôt qu’enterrées et qu’elles alimentent la rancœur. Mais laissons cela de côté pour le moment. J’ai un premier cadeau pour toi. »

Le regard de la jeune femme se posa alors sur un point derrière Edelweiss et elle fit un geste de la main au jeune palefrenier de plus tôt. Ce dernier se dirigea alors vers elles, tenant par la bride un deuxième cheval. Une belle jument Marwari à la robe noire. Alors qu’il arriva proche des deux jeunes femmes, le palefrenier ne tendit pas les rênes à Khaliya mais bien à Edelweiss.

« En tant qu’Écuyère, tu as le droit à ta propre monture désormais. Son nom est Perséphone et tu es désormais sa propriétaire, avec tout ce que cela insinue comme tâches en plus. »

La femme chevalier remercia le palefrenier et le laissa vaquer à ses occupations. Elle lança un nouveau coup d’œil à Edelweiss avant de lui tourner le dos pour se hisser sur le dos du grand Shire qu’est Cahal. Elle releva sa jambe droite pour régler son étrier.

« Première étape de la journée : une petite balade à cheval. Tu es familière avec l’équitation si je ne me trompe pas ?»

Elle adressa un nouveau sourire à Edelweiss, finit ses réglages, s’assurant que toutes les sacoches étaient bien attachées et les épées aussi. Elle attendit que la jeune fille ai fini de son côté aussi pour lancer Cahal au pas. Elles quittèrent l’enceinte de la forteresse tranquillement et Kahliya ne les lança au galop qu’après quelques minutes. Elle prit la direction d’Imolan mais pas de la partie verte. En effet, elles abordèrent la forêt par la partie brûlée. Repassant au pas, Kahliya les fit avancer avec précaution sur la terre brûlée. Le sol était couvert de bois mort et quelques troncs calcinés se dressaient plus ou moins fièrement par ci par là. Le reste, tout autour était complètement mort.

Toujours au pas, elle laissa Edelweiss se mettre à sa hauteur, à côté d’elle avant de lui adresser à nouveau la parole. Comparativement à plus tôt, son air était grave et sa voix avait perdu un peu de sa chaleur pour gagner en sérieux, bien que la douceur soit toujours présente.


« Ce n’est pas le meilleur endroit pour une balade, mais c’est le meilleur endroit pour se rendre compte de ce qu’amène la guerre. La mort et la désolation… »

Elle laissa planer sa phrase, n’ayant pas vraiment de suite à ajouter dans un premier temps. Certes cette partie brûlée était l’œuvre de la déesse Ariane, mais il n’en restait pas moins que l’image était bonne.

«On vous a toujours dit que le but de l’Ordre est de protéger Irianeth. On peut imaginer plusieurs scénarios, mais rien n’est plus réaliste que ce lieu. Nos ennemis ne veulent pas simplement envahir Irianeth. Ils veulent l’anéantir. C’est pour cela que nous sommes là. Pour qu’Irianeth ne finisse pas comme cette partie de la forêt. »

Pourquoi disait-elle ceci pour Edelweiss ? Peut-être pour qu’elle se rende compte qu’ils n’étaient pas, juste des Chevaliers pour faire joli et mettre des étoiles dans les yeux des habitants ou à parader dans leur jolie armure. La menace était réelle et c’était leur rôle de l’éloigner.
La femme chevalier prit alors la direction de la forêt qui était encore en bon état. Elle les fit s’engager au milieu des broussailles et fourrés et les mena jusqu’à une petite clairière qui était traverser par un ruisseau à l’eau claire.


« Notre destination ! »

Disant cela, elle passa une jambe par-dessus l’encolure de Cahal et se laissa glisser pour mettre pied à terre. Elle décrocha les sacoches, étendit une large couverture sur l’herbe grasse avant de desseller Cahal pour qu’il puisse lui aussi profiter de l’endroit. Elle invita Edelweiss à faire de même avec Perséphone.


« Étant donné que nous ne nous connaissons pas, je me suis dit que ce serait sympa qu’on fasse plus connaissance avant d’engager les hostilités ». Par hostilités, elle voulait bien entendu, parler de l’entraînement aux armes. « Et pour cela quoi de mieux qu’un petit picnic ? J’espère que tu as au moins un peu faim. »

Elle disposa les victuailles au centre de la couverture et fit signe à Edelweiss qu’elle peut s’assoir. Sourire aux lèvres, bien que toujours un peu mal à l’aise, elle reprit.

«Donc… Tu peux me poser toutes les questions que tu veux et tu n’es pas non plus obligée de répondre à celles que je vais te poser si tu les juge trop personnelles. Je te laisse donc commencé.»

Kahliya était consciente qu'il persistait une certaine gêne entre elles deux et que ce ne devait pas être facile non plus pour Edelweiss de poser des questions l'air de rien. Cependant la femme chevalier abordait une attitude complètement décontractée, tranquille, histoire d'essayer de mettre à l'aise la jeune fille autant qu'elle le pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edelweiss

avatar


Plus d'infos


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois.   Mer 31 Oct - 20:35

Kahliya & Edelweiss

❝ Promenons-nous dans les bois ❞

J'entendis du bruit mais je gardais la ttête basse, les yeux fixés sur les pavés de la cour. Je sursautais quand Kalhiya lui prit le bras, la faisant se relever. Les joues rouges, elle l'écouta sans broncher. D'accord, simplement l'appeler Maître, ne pas s'encombrer de futilités, rien de plus que lui témoigner le respect dû à son statut. Magnifique, ça m'arrangeais bien vu que je n'avais pas très très envie de m'écorcher les genoux dès que je me retrouvais en sa présence. Sur le coup, en s'entendait bien. Le Chevalier fixait un point derrière moi et j'entendis bientôt le claquement familier des sabots d'un équidé sur les pavés. Une superbe jument noire, un Marwari à la vue des oreilles, entra dans mon champ de vision. Le palefrenier me tendit les rênes et je m'en emparais, curieuse. J'en déduisis qu'il s'agissait de ma monture, vu qu'un autre destrier se tenait derrière Kahliya. Chose qu'elle confirma quelques secondes plus tard. Son nom était Perséphone, nom qui allait à merveille à la jument à la robe lustrée. J'étais tout à fait consciente des tâches qu'allait m'amener le fait d'avoir maintenant ma monture. Mais cela ne me dérangeait guère. Comme Kahliya se hissait sur le dos de son Shire, je mis le pied dans l'étrier et me hissais souplement en selle; Perséphone était plus grande que les montures que j'avais déjà monté et cela me fit bizarre de me retrouver nettement plus loin du sol. Je ressanglais, la faisant s'ébrouer et piaffer d'impatience. D'accord, d'accord, message reçu cinq sur cinq, elle voulait se dégourdir les jambes. Nous étions toutes prêtes, et mon Maître aux cheveux noirs précisa que la première activité serait une balade à cheval. Un large sourire fendit mon visage et elle me demanda confirmation, concernant l'équitation. J'hochais la tête; Oui, c'était une activité qui m'était assez familière, juste parce que j'adorais le contact avec les chevaux. Kahliya fit quelques dernières vérifications et talonna sa monture, la mettant au pas. Je suivis docilement, fière comme un paon sur ma nouvelle amie quadrupède. Nous nous dirigeâmes vers ce que je reconnut comme étant Imolan, forêt à moitié calcinée. Kahliya prit la direction de ladite partie calcinée. Cela me parut étrange comme destination, vu que ce n'était pas vraiment l'idée que j'avais d'un sentier de balade. Pas vraiment bucolique, non. Plutôt cimetière. Je réprimais toutefois mes commentaires et talonnais un peu Perséphone, histoire de ne pas me laisser distancer.
Ce n’est pas le meilleur endroit pour une balade, mais c’est le meilleur endroit pour se rendre compte de ce qu’amène la guerre. La mort et la désolation…
J'hochais lentement la tête, même si des tas de questions de formaient dans mon esprit. Nous, Chevaliers et futurs Chevaliers, sommes destinés à mener une guerre. Mais cette guerre a pour but d'éviter que tout finisse comme cette petite parcelle de forêt. mais si la guerre amène cette désolation, pourquoi mener un combat face à une conséquence que nous ne pouvons éviter en faisant cela ?
On vous a toujours dit que le but de l’Ordre est de protéger Irianeth. On peut imaginer plusieurs scénarios, mais rien n’est plus réaliste que ce lieu. Nos ennemis ne veulent pas simplement envahir Irianeth. Ils veulent l’anéantir. C’est pour cela que nous sommes là. Pour qu’Irianeth ne finisse pas comme cette partie de la forêt.
J'hoquetais, prise de court. Anéantir Irianeth ? jamais je n'avais entendu parler de cela. Quand j'étais élève, la seule chose que nous disaient les magiciens, c'était que nous devions protéger notre continent contre d'éventuelles tentatives d'invasion. Jamais, au grand jamais ils n'avaient parlé d'anéantissement. Je fermais les yeux, un instant, luttant contre la nausée qui s'était emparée de moi. Tourner de l’œil n'était guère conseillé. Kahliya prit alors la direction de la partie encore boisée de la forêt. Un silence s'installa entre nous, seulement brisé par le renâclement de nos montures. Nous nous engageâmes dans les fourrés et je du empêcher Perséphone de grignoter les feuilles. Elle nous mena jusqu'à une clairière où glougloutait gaiement un petit cours d'eau. C'était... ravissant. Claironnant que nous étions arrivés à destination, mon nouveau Maître se laissa glisser à terre, geste que j'imitais prestement. Elle détacha ses sacoches de selles, étendit un grand carré de tissu et dessella sa monture. J'ôtais également la selle de Perséphone, que j'appuyais contre un tronc, à quelques pas.
Étant donné que nous ne nous connaissons pas, je me suis dit que ce serait sympa qu’on fasse plus connaissance avant d’engager les hostilités. Et pour cela quoi de mieux qu’un petit picnic ? J’espère que tu as au moins un peu faim.
Si j'avais faim ? Dieux, je mourrais de faim. Au fin fond de mon esprit, il y eu un petit ricanement et l'angoisse me tordit l'estomac. J'allais devoir faire attention à ce que je mangeais si je ne voulais pas changer de "personnage" en plein milieu du pique-nique. Je jetais un coup d’œil aux victuailles disposées par Kahliya et me saisit d'une pomme, que je fit rouler entre mes doigts.
Donc… Tu peux me poser toutes les questions que tu veux et tu n’es pas non plus obligée de répondre à celles que je vais te poser si tu les juge trop personnelles. Je te laisse donc commencé.
J'haussais les épaules et croquais dans ma pomme.
Vous êtes mon Maître, je n'ai rien à cacher. Notre relation ne pourrait être celle liant un Chevalier à son Écuyer si je vous cachais des choses.
Me saisissant d'un petit poignard, je découpais un bout de ma pomme et le lançais à ma jument. Je savais que gaver un cheval avec des pommes ou du sucre était mauvais mais je voulais la remercier pour notre balade et lui signifier que je l'appréciais. Grignotant le reste de ma pomme, je me lançais à l'eau, point de vue questions.
Je n'ai pas des tonnes de questions, là tout de suite, mais j'aimerais savoir comment va se dérouler ma formation. Savoir un peu quel genre de Maître vous êtes, plus érudit ou plus combatif, ce genre de choses...
Un reniflement dédaigneux me parvint de la part de Darkie. Ah oui, fallait que je parvienne à la caser dans la conversation, celle-là...
Maître, pardonnez-moi ma grande curiosité mais... que feriez-vous face à quelqu'un qui serait sous l'influence de... disons, une double personnalité ?
(c) Edelweiss/Sweetie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kahliya

avatar


Plus d'infos

Age : 30

MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois.   Lun 12 Nov - 23:24

Spoiler:
 
----------------------------------------------
Lui pardonner sa grande curiosité ? C’était justement ce qu’elle venait de lui dire qu’elle pouvait se permettre ! Faire la fouine et se donner le droit de poser toutes les questions qu’elle souhaitait. Kahliya ne fit pas de commentaires. Si l’écuyère avait dit cela c’était par pure politesse et elle ne pouvait pas lui faire une réflexion pour cela, ce serait vraiment déplacé et mal venu de sa part. En plus d’être complètement stupide.

La jeune femme se coupa un morceau de pain et un morceau de fromage qu’elle grignota tranquillement. La deuxième question d’Edelweiss n’était pas moindre et Kahliya devait avouer qu’elle ne s’attendait pas du tout à ce qu’une telle question lui soit posée. La femme chevalier ne voulait pas sauter trop vite aux conclusions, mais si la jeune fille posait la question c’est que cela devait lui être relié, d’une manière ou d’une autre. Ou ce pouvait être une simple question bizarre, mais Kahliya ne penchait pas du tout pour cette option. Si c’était simplement pour poser une question étrange, Edelweiss n’aurait pas tant hésitée sur ses mots. Si un silence s’installa entre l’écuyère et son maître, ce n’était pas à cause d’un malaise entre elles deux, mais parce que Kahliya réfléchissait très sérieusement à la question, son regard fixé sur un point imaginaire quelque part derrière la jeune fille aux cheveux blanc. Après un temps de réflexion ponctué par la mastication de son morceau de pain, elle reporta son regard sur Edelweiss avant de répondre.

« C’est, ma foi, une très bonne question… Je dois t’avouer que je n’ai jamais fait face à une personne ayant une double personnalité. Le concept de la double personnalité ne me dérange absolument pas et pour être honnête avec toi, mon attitude envers cette personne dépendrait de ses personnalités. Je suis une personne qui n’aime pas l’hypocrisie, la prise de risque inconsidérée et la méchanceté gratuite. Je ne suis pas non plus quelqu’un qui apprécie les geignards qui n’essayent même pas de faire un minimum afin d’arranger leur vie. Le mensonge est parfois utile, mais je ne supporte pas non plus quand c’est fait pour se préserver d’une idiotie. Dans la vie il faut être capable de prendre sur soi. Tu dois sans doute savoir aussi que j’ai une grande notion du respect et que je n’hésite pas à être intransigeante, lorsque quelqu’un commet une faute grave ou est tout simplement irrespectueux.

Si la ou les personnalités de la personne en question, ont tendance à rentrer dans les catégories que je viens de citer, il est certain que j’aurais du mal avec cette personnalité-là. Dans un premier temps en tout cas, car ce n’Est pas qu’à l’autre personne de faire des efforts pour que je l’apprécie. Ces efforts s’appliquent à moi aussi. Je pense que l’essentiel est de se connaitre. Après il est toujours plus facile d’agir en conséquence. »


Terminant son Ô combien magnifique monologue, Kahliya avait adressé un sourire franc à Edelweiss avant de reprendre.

« Je sais que cela reste vague mais j’espère que ça a tout de même répondu en partie à ta question. Oh, un autre point. Il ne faut pas que la double personnalité ne soit qu’une simple excuse. J’ai déjà entendu certaines personnes dire qu’elles l’étaient alors qu’elles ne l’étaient pas et ceci juste pour ne pas être accusées pour leurs méfaits. Ceci aussi je ne le tolère pas. »

Le ton était rendu un peu plus froid et ce n’était pas vraiment recherché, mais que voulez-vous, quand on parle de choses ou de personnes qu’on n’apprécie pas, il est difficile de le faire tout sourire et joyeux. Kahliya ne supportais pas le « mauvais » mensonge, le point semblait clair. Penser à cela lui fit revenir une phrase que son père disait souvent lorsqu’il ne croyait pas ce que les gens racontaient.

***Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu.***

Kahliya n’avait jamais su ce qu’était de « l’alu », elle avait bien tenté quelques recherches sur ce mot étrange, mais elle n’avait rien trouvé sur son sujet. La jeune femme avait tout de même des soupçons à l’égard d’un champignon que son père avait mangé une fois et qui lui avait fait voir de drôles de choses mais aussi de se comportait bizarrement. Elle se souvient lorsqu’il l’avait hissé sur ses épaules et qu’il s’étaient mis à gambader en disant qu’il était un groooooooooooooos lapin bleu tout rond et tout mignon et qu’ils gambadaient tous les deux dans un champ de nuages verts tout moelleux. Il avait alors voulu la lancer dans les beaux nuages verts, mais sa mère l’avait arrêté à temps.

Le souvenir fit sourire Kahliya à nouveau. C’était un beau souvenir.

Elle finit de manger son morceau de pain et de fromage et se saisit d’une pomme qu’elle porta jusqu’à sa bouche. Elle stoppa net son geste et ouvrir de grands yeux, comme si elle venait de se rappeler de quelque chose d’extrêmement important. Dun geste vif elle reposa la pomme devant elle et se pencha sur le côté pour fouiller dans le sac de victuaille. Elle fouilla, fouilla, fouilla et plus elle fouillait, plus elle semblait désespérée. Ses épaules s’affaissèrent d’un coup, sa mine était des plus tristes, on pouvait même penser que ses yeux s’étaient embués de larmes.

Puis une nouvelle étincelle vint illuminer son regard. Elle n’avait pas fouillé la deuxième sacoche ! Se jetant quasiment sur le sac béni, elle fouilla à nouveau et cette fois-ci se fut une mine triomphante qu’elle afficha, lorsqu’elle en sortie… Un truc emballé dans une serviette. Mais ce truc était LE truc ! La lumière dans l’obscurité totale ! La vie au milieu de la mort ! Elle dénoua lentement, d’un geste fébrile, comme un enfant qui ouvrait un cadeau qu’il n’avait jamais eu l’espoir de recevoir, croyant qu’il allait disparaître s’il se précipitait trop. Le nœud se défit sans forcer, la serviette glissa lentement et sensuellement (oui oui une serviette ça peut être sensuelle ! Mettez-vous donc dans l’ambiance ! è_é) pour révéler l’objet tant convoité, surtout à la forteresse, une assiette de bois couverte d’une dizaine de bons gros cookies ! Son sourire jusqu’aux oreilles, Kahliya s’empara d’un des plus précieux mets d’Irianeth et en savoura une grosse bouchée.


« Oh flûte j’ai oublié le lait… »

Un haussement d’épaule : « Tant pis ! », et elle prit une deuxième bouchée.

(Quelque part dans la forteresse, au même moment : « Mes cookiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiies !!! Où sont mes cookies ? » et les cuisinières surent qu’elles faisaient face à un problème de la plus haute importance. La survie du royaume allait dépendre de leur capacité à faire des cookies en un temps record ! *ZBAFF*)


Kahliya en était à son quatrième cookie quand elle posa l’assiette en face d’elle et qu’elle reprit le cours de la conversation comme si de rien était.

« Pour ta première question, je te dirais que je suis plus une femme d’action. Je pensais commencer par voir quel type d’arme semble le mieux te correspondre. Par défaut nous savons tous nous servir d’une épée, mais cela ne veut pas dire que c’est notre arme de prédilection. Il y’aura aussi le combat en selle évidemment et le perfectionnement des pouvoirs magiques, bien que je ne te serais d’aucune utilité pour ce qui touche les soins et les rayons incendiaires. Je suis certes ton maître, mais je ne suis pas maître d’arme ni une grande magicienne et s’il y’a des choses dans lesquelles tu veux te parfaire et auxquelles je ne pourrais pas t’aider, nous pourrons toujours nous arranger te trouver un enseignant plus utile dans cette branche-là. D’ailleurs, de quels pouvoirs disposes-tu ? »

Repue, la jeune femme avait placé ses mains derrière elle et s’appuyait sur ces dernières en se cambrant légèrement pour s’étirer le dos. Elle avait du mal à rester assise très longtemps. Elle observait d’un regard curieux son écuyère attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Plus d'infos


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Promenons-nous dans les bois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» [Défi] Promenons nous dans les bois
» Promenons nous dans le parc ♫ [PV Warren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La salle de détente :: Archives :: Première génération-